La société 2018 expliquée à mon grand-père
 

Introduction

Famille

Sexe

Culture

Sciences

 

Les sciences et techniques
 

Contrairement à ce n'est que l'on pourrait penser, tout sur le plan scientifique ne serait pas inconnu à mon grand-père, qui vécut entre les années1880 et le milieu du XX° siècle.
Tous les principes de base de la science d'aujourd'hui étaient déjà découverts, les théories d'Einstein, la mécanique quantique, l'atome et la radioactivité, les fusées, les avions, les voitures (même électriques), le
microscope électronique, existaient déjà. En lecteur assidu de Sciences et Vie il était loin d'être ignorant et aucune découverte fondamentale n'a été réalisée depuis son époque.
Ce n'est donc sans doute pas l'aspect technique des choses qu'il aura du mal à appréhender, mais plutôt ce que nous avons fait de toutes les possibilités qui s'ouvraient à nous et comment les applications découlant des grandes inventions du xx° siècle ont évolué dans différents domaines.

L'évolution la plus remarquable s'est déroulée dans le domaine de la santé.
On a d'abord assisté à une généralisation de l'usage des antibiotiques et de la vaccination qui protégeait les hommes de nombreuses maladies auparavant mortelles. Grace à la vaccination, une meilleure alimentation, hygiène et condition de vie, l'espérance de vie à doublé en un siècle passant de 40 à 80 ans !
Revers de la médaille, la surpopulation est avec le mode de vie, la cause principale du désastre écologique actuel. Destruction massive du milieu naturel, pollution tout azimut, modification du climat, etc... (
voir Climat)

Aujourd'hui, la médecine préventive s'est beaucoup développée, par l'imagerie médicale et la chirurgie, et devient de plus en plus précise avec la microchirurgie, les techniques non-invasives. On voit de plus d'interventions effectués avec l'aide de la robotique, et de plus en plus de prothèses fabriquées sur-mesure par imprimante 3D.
Le décryptage du génome humain à ouvert la porte aux manipulations génétiques qui ont trouvé en 2013 avec le Crisp-Cas9, le couteau suisse qui permet avec une facilité déconcertante de maîtriser et modifier l'ADN du vivant. Végétal, animal et humain, tous les gènes peuvent être modifiés.

Le Crisp-Cas9 est certainement la découverte la plus importante de ce début de siècle.
Elle ouvre la porte à la thérapie génétique permettant de prévenir la transmission de certaines maladies héréditaires. L’ère de la biologie de synthèse, qui ambitionne de façonner des organismes aux fonctions inédites (comme produire des molécules médicamenteuses) ne fait que débuter.

Elle est aussi effrayante si l'on songe à toutes les modifications qu'elle peut apporter sur les plantes pour qu'ils grandissent plus vite, donne plus de fruits ou soient résistantes à certaines maladies. Pareillement sur les animaux, pour que par exemple les vaches n'aient plus de corne ou donne plus de lait !
Les perspectives de manipulation génétique sur les humains sont tout aussi effrayantes. Imaginez un Hitler en herbe qui voudrait que plus de ses sujets soient blonds aux yeux bleus !...

Parallèlement, l'industrie du médicament adossée à l'industrie chimique a envahi tous les domaines. Tous les secteurs sont touchés et le nombre de molécules synthétiques, inconnus de nos ancêtres au cours des millions d'années de notre évolution, a littéralement explosé.
Aujourd'hui, nous touchons, respirons, buvons, mangeons pratiquement plus de produits industriels que de produits naturels. Tout notre environnement est différent. Grâce à ces nouveautés notre terre produit davantage, la mauvaise herbe ne repousse plus, chaque vache donne beaucoup plus de lait qu'avant.
Cela a un coût, la pollution est partout, l'eau buvable va devenir une denrée rare et nous voyons apparaître sous l'emprise, entre autres des perturbateurs endocriniens, des modifications de notre métabolisme.
Rien n'est épargné, et à cause entre autres des pesticides, la vie sauvage diminue autour de nous, le nombre et la variété des espèces animales ont chutés dramatiquement ces dernières années. Même nos oiseaux familiers disparaissent.
A cause de l'abus d'antibiotiques y compris dans l'élevage, la résistance des bactéries s'est modifiée, rendant caduque des antibiotiques précieux.
En bref  des perspectives peu engageantes pour l'avenir, car l'utilisation que nous faisons des possibilités technologiques, est sans doute porteuse à terme de notre disparition.
 

Parallèlement à l'industrialisation et automatisation de nos activités, c'est la démocratisation à grande échelle des moyens de communication et de transports qui a changé notre vision de la planète.
Avec les cargos, les produits fabriqués en Asie ont envahi notre univers quotidien. Avec l'avion, toutes villes du monde sont accessibles en quelques heures, là où il fallait hier encore, des semaines de bateau. Saviez-vous que chaque jour les avions exécutent plus de 100 milles trajets dans le ciel. Ils transportent plus de 4 milliards de passagers par an.
Le tour du monde est à portée de main... à condition quand même d'avoir un peu de sous !

A cette facilité de voyager physiquement, est venue s'ajouter la télévision qui permet sans délai de savoir ce qui se passe à l'autre bout du monde, puis à partir de 1980 la démocratisation de l'ordinateur, de 1990 le réseau internet, et la miniaturisation du téléphone portable dans les années 2000. Le tout piloté par des myriades de satellites tournant au-dessus de nos têtes.


Toutes ces technologies nouvelles ont libéré l'homme d'un certain nombre d'efforts intellectuels ou physiques et de certaines obligations physiologiques. Plus besoin de faire un effort de mémoire pour se souvenir de la table de multiplication, faire une division avec retenues ou extraire une racine carrée, il suffit d'avoir une calculette ou un téléphone dans la poche. Plus aucun effort physique pour remonter la vitre de la voiture, il suffit d'appuyer sur un bouton.
Objectif : le moins d'effort physique ou intellectuel possible !
Reste à savoir si cela ne nous rendra pas à terme plus faible et plus bête...

Un exemple, parmi d'autres, plus même besoin aujourd'hui d'avoir une belle voix et de chanter juste pour faire carrière dans la chanson...
Saviez-vous que depuis le milieu des années 1990, des logiciels informatiques du genre Auto-Tune transforment votre voix de casserole en timbre de cristal..

En 1998, Cher (ex Sonny & Cher) relance sa carrière avec la chanson archi "auto-tuné", Believe, qui devient un hit mondial et une référence dans cette technique. Autre cas célèbre, la chanteuse anglaise Suzan Boyle est lancée dans un show TV un peu bidonné à l'Auto-tune. Une grosse campagne médiatique pour lancer "le produit", et une étoile est née. La France entière est conquise écrivent les journaux !
Aujourd'hui, tous les chanteurs utilisent cette aide précieuse, tant en studio d'enregistrement qu'en concert en "live". Du rapt aux Boys-bands, tout y passe. Il suffit pour les "majors" de l'industrie musicale, de choisir un  look correspondant à un type de public cible. Ménagères moins 50 ans, adolescents pré-pubères, etc... Un bon matraquage médiatique, des magazines au Botox, et Hop, le tube est en boite. Si ça s'essouffle, on change l'échantillon et on relance un nouveau produit préformaté sur le marché.
Sans la science, des Justin Biber ne chanteraient sans doute pas tous les jours sur scène. Il n'est pas seul à être fortement aidé, même si personne ne s'en vante. La légende dit que des Beyoncé, Rihana, Britney Spears, Lady Gaga ou Madona, y auraient recours, même si avant tout en concert, il reste primordial pour ces dames de savoir sautiller sur scène en tenue légère !...
Evidemment, on peut par le même système, faire dérailler quelqu'un qui chante juste, il suffit de mal régler les manettes ! Alors si demain vous organisez dans votre village une sorte de The Voice, Nouvelles Stars ou Stars Académie, et souhaitez privilégier ou éliminer un candidat, vous savez ce qu'il vous reste à faire à la console de prise de son. .

Si vous trouvez qu'un artiste chante mal, n'oubliez pas que sans l'aide de la technique, ce serait encore pire !
Vous brayez comme un âne dans votre salle de bain, tous les espoirs vous sont permis, grâce à la science vous ne chanterez plus jamais faux !...  (Auto-tune de 0 à 500 euros suivant version  )
D'ailleurs vous l'avez constaté, tous les chanteurs ayant de belle voix de ténor, baryton ou basse, ont disparu des hit-parades.
 

Après cet  intermède musical, reprenons le cours du progrès. Cette possibilité d'utiliser la machine pour aider l'homme au quotidien n'a pas échappé aux actionnaires des industriels. D'abord par l'industrialisation au 19ème siècle, puis l'automatisation et l'informatisation qui a profondément modifié le monde du travail manuel au 20ème siècle. Une machine ne se met pas en grève, n'a pas de congés maternité, ne part pas en vacances, n'est pas limitée à 35 heures par semaine, si elle a trop d'arrêts maladie, on la met à la casse. Autant d'avantages pour le profit de l'entreprise, qui expliquent les sommes investies dans les robots ou des voitures plus ou moins "intelligents".
Imaginez demain des voitures qui se conduisent toutes seules. Plus besoin de payer des chauffeurs de Taxis/Uber ou des conducteurs routiers. Sans chauffeur routier, plus de pause-pipi, pause-déjeuner, pause-repos. Le camion peut rouler d'un client à l'autre, jour et nuit, avec seulement des arrêts à la station-service automatisée. Quelle économie ! Ca vaut vraiment la peine d'investir beaucoup de capitaux dans la recherche.
Dans la course au "progrès" (et surtout au profit pour un petit nombre), voici venu le temps de remplacer les employés de bureau. Plus besoin de cerveaux pour réfléchir, voici venir à grand renfort de milliards d'investissements, la merveilleuse, l'unique, la révolutionnaire, la fabuleuse, j'ai nommé : "l'Intelligence Artificielle".


"l'Intelligence Artificielle": disons tout de suite que pour comprendre, il faut oublier le mot intelligence, au sens où nous humain le comprennons (sans toutefois savoir vraiment le définir).
Depuis leur origine et encore pour longtemps, les ordinateurs ne comprennent que deux choses : le 1 ou le 0, il y a du courant ou il n'y en a pas. Tout l'art de l'analyste-programmeur consiste à partir de ces deux choix de lui faire exécuter pas à pas, les listes d'instructions des programmes.
A cette programmation traditionelle on a eu l'idée d'ajouter un nouveau langage plus dynamique à base d'images baptisé "intelligence artificielle".

 C'est ainsi que l'on programme maintenant l'ordinateur, non pour suivre à la lettre des instructions, mais pour avaler des millions d'images de chaises, afin qu'il soit capable seul de reconnaître une chaise parmi d'autres objets. Puis avaler des millions de visages, puis des millions de sons, de courbes, de graphiques, etc...
C'est exactement ainsi que le nouveau-né humain découvre le monde, et apprend à reconnaître, différencier, classer, réagir, etc..., bien avant de savoir parler et coller un nom sur ces entités.

La suite on la connaît, a force de digérer des configurations de parties d'échecs ou de jeu de Go, elle peut extrapoler et être plus "futée" que l'humain. A force de digérer des millions de configurations de cours de bourse, elle peut anticiper la suite logique d'une tendance et agir en conséquence en quelques milli-secondes. A force de voir des panneaux de signalisation et des piétons, la machine sait les différencier et choisir lequel il vaut mieux ne pas écraser !... A force d'avaler des millions d'images de foies sains ou malades, elle pourra directement à partir de la radiographie qu'elle aura déclenché, savoir si vous avez une cirrhose de tel ou tel type ou gravité, afin de vous expédier automatiquement par tapis roulant, vers le bloc opératoire ou la morgue !

Elle "saura faire des choix", c'est pour cela qu'on la qualifie "d'Intelligence Artificielle", IA pour les intimes. Comme elle peut être relié à un nombre inimaginable de capteurs de différents paramètres de l'environnement, de webcams, de connexions informatiques à différents sites internet en ligne, je vous laisse imaginer toutes les possibilités du futur. Vos images ou commentaires sur Facebook par exemple, ne sont que l'une des sources actuelles d'information qui participe à sa formation.
La révolution est fondamentale. Les perspectives sont immenses pour le meilleur comme pour le pire.

Il faut dire que la possibilité pour une machine "d’apprentissage perceptuel, d’organisation de la mémoire et de choix critiques" ouvre la perspective de remplacer un grand nombre de taches administratives ou de décisions dans pratiquement tous les secteurs d'activité. Mais attention une machine est "intelligente" uniquement dans le secteur d'activité pour lequel elle a été conditionnée, la spécialiste de la cirrhose ne sait pas jouer aux échecs ou à la Bourse et réciproquement. Elles ne savent pas comme l'homme sauter du coq à l'âne. Mais dans leur branche elles sont championnes, peuvent encore "apprendre", et rien n'empêche de les relier entrent-elles via le net, ou autres. Jusqu'à hier seuls les travaux manuels étaient touchés, aujourd'hui nombre de "cerveaux en col blanc et cravate" sont concernés. Les jours des crânes d'oeuf et cervelles en forme de tableaux Excel sont comptés.

Notre Président ne jure plus que par l'IA, dans laquelle il promet d'investir des milliards. Personnellement, si j'avais mes entrées chez Rothschild, et pour copain le patron du syndicat des Patrons, j'aurai certainement des raisons de me réjouir à l'avance.
Dans une économie mondiale ultra libérale, où seule compte la rentabilité maximale, nous allons assister à une véritable course au profit, en accélérant le remplacement l'homme par la machine, partout où cela sera possible, quitte à mettre parfois la charrue avant les boeufs.
Je repense à cette interrogation de Karl Marx :  le jour où l'on aura supprimé le coût de la masse salariale dans l'entreprise, quelle sera la variable d'ajustement pour continuer d'augmenter les profits ?


Tu vois grand père, sur ce sujet on a un peu avancé depuis Alan Turing et les premiers débats sur l'intelligence artificielle, juste après la deuxième guerre mondiale. On a un peu avancé, mais Dieu merci, nous sommes encore loin du but. (du moins j'espère)
Nous sommes rapidement passé à une science dont les possibilités servent les intérêts économiques de quelques groupes privilégiés. C'est ainsi que l'on développe en priorité les applications ayant la plus grande plus-value, même si elles ne répondent à aucune demande, aucun besoin élémentaire. Le matraquage publicitaire saura rapidement les rendre "indispensables". Quitte à arrêter la production de certains objets ou médicaments utiles mais peu rentables.
Quant à la moitié de la planète qui survit avec 1 ou
2  dollars par jour, elle n'est intéressante que si elle peut dépenser "sa fortune" dans une canette de Coca-Cola ou un téléphone portable.
Le superflu avant le nécessaire, s'il est plus rentable. On est loin du rêve de la science au service de tous les Hommes.

L'accélération des mises sur le marché de produits nouveaux a rendu caduques les unes après les autres, les techniques anciennes. Il est loin le temps où l'on vivait dans un mode et des traditions qui n'évoluaient que très peu dans le temps. Il y était facile de se situer dans son environnement et de transmettre son savoir et ses outils d'une génération à l'autre. La mémoire et les objets du passé avaient une continuité dans le présent.

Aujourd'hui, le passé n'existe plus, nous sommes dans une société de l'immédiat, effaçant tel un amnésique les traces derrière nous au fur et à mesure que nous avançons. Faute de mémoire nous n'avons plus non plus de projections dans la préparation de l'avenir.
Nous ne conjuguons plus qu'au présent de l'indicatif, et souvent uniquement qu'à la première personne.


L'objet en vogue la veille, est passé de mode le lendemain. Les outils de papa ne seront d'aucune utilité à son rejeton, quant à ses courants de pensée, ils seront ceux de la société mondialisée et non ceux de ses propres aïeux.
Grace à une publicité forcenée, on jette aussi vite qu'on achète, prisonnier d'un tourbillon infantile. Plus rien n'est construit pour durer, au contraire l'obsolescence des objets est programmée la plus courte possible.
Il n'y a pas que les objets que l'on jette. La pensée aussi est à obsolescence programmée.
Tout le savoir faire des cultures acquis au fil des millénaires et fruits de l'adaptation de l'Homme à son environnent devient caduque.
Plus où moins pour quelque temps encore, ce savoir et ces coutumes sont reléguées dans des musées ou fêtes folkloriques pour touristes.

Si demain l'on devait communiquer à des arrière-petits-enfants, un savoir ou un outil que leur soient encore absolument utile dans 50 ans, nous serions bien embêté, pour choisir quoi que se soit.
Quand bien même l'on croirait avoir quelque chose d'important à nos yeux à transmettre, l'on se trouverait certainement très vite dans le désarroi de l'Indien d'Amazonie, qui essaie encore en vain d'intéresser sa progéniture au tressage du panier sac à dos pourtant si utile en forêt depuis des millénaires.
Le plastique est si pratique !  Le savoir n'est plus transmissible d'une génération à l'autre !
On dit qu'aujourd'hui c'est la génération Y qui transmet le savoir à ses parents ! Le monde à l'envers...

Tout finalement, s'est passé assez rapidement. Un peu comme une mutation génétique dans l'évolution darwinienne de notre espèce. En quelques décennies tout a changé, notre mode de vie comme notre alimentation, l'air que nous respirons comme la matière des objets que nous utilisons. Notre taille a augmenté de 10 cm et notre population s'est multipliée par 300% .
Nous nous sommes libérés des lois naturelles de l'évolution. Les certitudes du passé ont étaient balayées par des cascades de technologies de rupture.
L'ancienne réalité des perceptions a été remplacée par la "réalité-augmentée" .
Même la culture est devenue "télé-réalité".
(En fait plus un concept est bidon plus on lui colle le mot Réalité ! )
 


____________________________________________________________________


Vous ne saurez jamais pourquoi, alors que vous lisiez ces lignes, tout à coup votre ordi s'est éteint. Même sur batterie, rien à faire.

Plus de jus dans la maison. Le smartphone était muet, la voiture ne démarrait plus.
En fait, tout ce qui avait tant soit peu besoin d'électricité, refusait de fonctionner.
Chez votre voisin, même constatation, idem dans le village. Des villages voisins accessibles à pied à cheval ou en bicyclette vous entendiez les mêmes questions : "Qu'est-ce qui est arrivé ?.. ça va durer longtemps ?... comment on va faire ?..

Chacun allait de son explication : une gigantesque éruption de plasma solaire, un bombardement de particules cosmiques de haute énergie, le courroux des Dieux, la vengeance de Dame Nature ?
Impossible de savoir sans moyens de communication autre que le bouche à oreille des voisins. Plus de nouvelles en direct de Paris, New-York ou Tokyo.
Le monde soudain rétréci s'arrêtait aux collines avoisinantes.

Faute de pompe au forage, plus d'eau au robinet, ni de douche, ni de chasse d'eau.
Plus de bouton électrique pour allumer la lumière ou le chauffage. Plus  de radio, télé ou réseaux sociaux !...
Plus rien du monde d'avant.
Les vieilles bougies refirent surface pour égayer les soirées !

Les jours suivants, on revint brutalement des siècles en arrière.
Pire, même, car il y avait longtemps, que l'eau de la rivière n'était plus buvable. Les rayons de vivres des magasins s'étaient vidés, la nourriture se fit rare et hors de prix.
Le retour à la terre allait être long et laborieux sur des surfaces épuisées par l'agriculture intensive ou réduites par le bétonnage intensif.
Impossible dans ces conditions de nourrir une population qui en France avait doublé en deux siècles et pire encore pour une population mondiale passée de 1 à 7,7 milliards de bouches à nourrir.

Nous étions revenus 200 ans en arrière, mais nous ne possédions plus le savoir-faire ancestral de nos arrières grands-parents, nous l'avions bêtement jeté aux orties.

A part jouer à Candy Crush, nous asseoir derrière le volant de la toto, brailler comme des ânes en regardant le foot à la télé, réchauffer des plats au micro-ondes, pianoter des sms ou faire des selfies, nous n'étions plus bons à grand-chose avec nos dix doigts.
Sans électricité nous n'étions plus rien.

Plus nous étions civilisés, plus nous étions citadins, plus tout à coup nous sommes perdus sans nos jouets désormais inutiles.

Retour sur Terre, tout le monde descend !
Fin d'un très court épisode de deux siècles dans l'histoire de l'humanité.

 ___________________

 

Pendant ce temps, dans un village Dani de Papouasie, la vie continue au fil des jours comme à l'accoutumé.
Personne ne s'est aperçu de rien.
 

 

 

 Sources et lectures recommandées

Chronologie des Sciences
Les découvertes de la médecine
Espérance de vie multipliée par 2 depuis 1900
La fin de la sélection Darwinienne
Comment fonctionnent les ciseaux CRISPR-Cas9
Le premier bébé aux gènes "parfaits"
L'emprise de l'industrie pharmaceutique
Industrie chimique et dégradation de l'environnement
Les oiseaux disparaissent de nos campagnes
Qu'est-ce que la mondialisation
Auto-tune : le mal musical du siècle
A quoi servent vos données personelles sur Facebook
L'intelligence artificielle
Les limites de l'intelligence artificielle
Les dangers de l'intelligence artificielle
Des milliards de vos photos pour l' IA
Agnotologie et ignorance
Ere de l'innovation de rupture
Obsolescence programmée
La "Génération Y"
Une journée comme les autres en 2050
Le monde sans électricité