La société 2018 vue par mon grand-père

Introduction

Famille

Sexe

Culture

Sciences


Culture, Modes de vie et comportements

Le grand bouleversement culturel
S'il est un changement radical dans notre culture et nos modes de vie, c'est bien celui qui nous a fait passer d'une France encore rurale au début des années 1950, à la société citadine moderne d'aujourd'hui.

Pour comprendre, imaginons un jeune urbain de 2018, replongé par un coup de baguette magique dans la France rurale de mon enfance (et je suis plus jeune que mon grand-père !)
Bien sûr, ni télé, ni smartphone, ni ordi, ni internet, réseaux sociaux. Rien que des contacts humains directs !
Là déjà, je sens poindre la dépression nerveuse, chez notre ado !

Mais ce n'est que le début, si l'on veut de l'eau, il faut aller la chercher au puits. Si l'on veut aller aux toilettes, c'est là-bas au fond du jardin, été comme hiver. Si l'on a peur des microbes, les animaux sont partout et la bouse de vache odorante est sur toutes les routes. De l'électricité, il y en a parfois, mais pas toujours, et il faut l'économiser, alors on se couche avec le soleil et les poules. A la bougie ou la lampe à pétrole, pas besoin d'Harry Potter pour voir de curieuses formes se déplacer sur les murs.
Pour aller à l'école, pas de voiture des parents (seul le docteur et le taxi ont une voiture), c'est la marche à pied matin et soir sur des kilomètres. A l'école, pas question de faire le mariole, c'est blouse grise pour tous et coups de règle sur les doigts si la leçon est mal apprise.

Là, il est sûr que notre ado 2018 est proche de la tentative de suicide. Pourtant, ce n'est pas une description sortie d'un roman de Zola, mais la vie normale d'un enfant à la campagne en 1950. Personne ne s'en plaignait puisque tous étaient logés à la même enseigne. Seul notre adolescent voyageur pouvait voir l'immense décalage d'une époque à l'autre.
C'est ce passage du monde rural de mon enfance, plongeant ses racines dans les traditions du passé immuable, vers un monde sans passé, ne vivant plus en autarcie, mais communicant virtuellement avec le monde entier, qui est pour moi le plus grand choc culturel imaginable.
Deux planètes si différentes et lointaines que l'on s'étonne d'avoir pu les parcourir le temps d'une seule vie.
 

A partir du milieu des années 1950, c'est l'invasion des engins motorisés qui a profondément modifié le paysage séculaire. En très peu de temps disparaissent des campagnes tous les animaux de traits, chevaux, boeuf, mulets. Le paysan devient agriculteur puis entrepreneur. Plus question d'essayer de mettre de l'argent de coté. Il faut sans cesse investir pour moderniser son entreprise et produire toujours plus.
Pour "Monsieur tout le monde", l'automobile va révolutionner aussi les habitudes et le mode de vie. Plus question de faire des kilomètres à pied tous les jours. Toute la société va être remodelée, les zones industrielles, les magasins, les zones pavillonnaires se décentralisent vers la périphérie des agglomérations. Peu à peu le coeur des villes se vide de ses boutiques et son activité.
Toute l'activité est centrée sur l'usage de la voiture. Impossible de s'en passer, "on ne peut rien faire si on n'a pas de voiture". C'est encore plus vrai en campagne où les transports en commun sont rares.
Sans doute la part grandissante du commerce électronique va-t-elle à son tour, modifier notre paysage et nos habitudes, en livrant tout à notre porte très rapidement, mais ceci est une autre page à écrire.


Après les profonds bouleversements apportés par l'exode rural vers les villes et le règne envahissant de la déesse automobile, le temps est venu de se pencher sur les modifications apportées par certaines technologies.
Non en tant que découvertes fondamentales technologiques, (personnellement, j'avais déjà les deux mains dans la mémoire centrale des ordinateurs il y a 50 ans), mais dans l'utilisation que nous en avons faite, et qui a profondément modifié nos cultures, modes de vie et bien souvent nos orientations de pensée.
Avec un peu de recul, la première impression est que ces outils arrivés de Californie se sont imposés à grand renfort de matraquage publicitaire. Le public s'en est vite rendu esclave, il est aujourd'hui très souvent plus asservi à la machine qu'il n'en a la possibilité ou le désir de s'en libérer.
Ils sont devenus le support d'un ensemble que l'on a baptisé "média", dont l'intérêt est de collecter un nombre considérable de données privées, de faire tourner à fond le commerce mondial grâce à une publicité omniprésente et enfin d'orienter les courants de pensée à travers une propagande permanente et souvent insidieuse.

Dans cette rubrique pour préparer la visite de pépé, je n'ai retenu que quelques items dont l'utilisation a pris une part importante dans notre quotidien.
Le téléphone portable, les medias en général, en tant que supports publicitaires et politiques, mais aussi supports d'une américanisation complète de notre société.
Bref autant de choses qui ne manqueront pas d'étonner grand-père !

 


Le téléphone portable
Dire qu'il s'agit d'un phénomène de mode serait trop simple.
C'est la pince universelle de l'homme moderne, le cordon ombilical qui le relie au monde extérieur, la rassurante tétine de bébé dont on ne sépare jamais, la sonnerie à laquelle on répond immédiatement jour et nuit tel le chien de Pavlov réagissant automatiquement à la cloche en salivant.
Peu importe où vous trouviez, en réunion avec des amis ou à table pour un repas de famille, une seule conversation vous intéresse : celle de votre interlocuteur sur le portable, les êtres en chair et en os près de vous, ne présentent aucun intérêt.
Si la personne qui se trouve à un mètre de vous veut vous joindre, qu'elle vous envoie un texto !...
Au début, je culpabilisais, croyant que mes amis s'ennuyaient en ma présence, en les voyant sans cesse plongés sur leur téléphone. Mais non, ils n'avaient simplement pas regardé autour d'eux l'endroit où ils se trouvaient ni les personnes présentes. Ils étaient en communication permanente avec l'au-delà, reliés à un univers que moi pauvre insecte qui habitait de manière très banale, au ras du sol, sur une planète sans intérêt, ne pouvais pas comprendre.

Juste une précision, ce n'est pas la communication orale "allô, c'est toi" "t'es où" qui est majoritaire dans ces échanges, mais la communication écrite. Plus on reçoit des messages écrits, plus on est une personne importante. Plus on en écrit, plus on affirme sa place dans la société. Jamais l'humain n'a autant écrit, mais malheureusement dans un "français", qui n'améliorera pas l'orthographe qu'il n'a pas acquise à l'école.
 

L'une des occupations favorites avec cet engin est de se photographier plusieurs fois par jour pour envoyer sa bobine ou son nombril, au maximum de personnes, baptisées "followers" (suiveurs). Plus on en a, plus on est quelqu'un d'important. En retour, vous attendez des "like" ou des compliments qui seront votre récompense et libérerons une bouffée de dopamine. Pour retrouver ce circuit récompense-dopamine, vous allez à nouveau expédier votre ego toujours plus beau dans une nouvelle pose, à travers les réseaux et attendre à nouveau votre "like", comme un toutou attend son su-sucre.

Vous vous souvenez de l'ado devenu narcissique, de par les méthodes d'éducation en vogue, et bien, il a enfin trouvé l'outil idéal pour s'épanouir et être admiré du monde entier. Comme l'ado d'hier est l'adulte d'aujourd'hui, le beau miroir électronique a encore de beaux jours devant lui. "Miroir, mon beau miroir dis-moi qui ?..."

Autre occupation majeure : les jeux style "Candy Crush" où il faut aligner des bonbons. Ici l'addiction est entretenue par un grand nombre d'effets visuels et sonores gratifiants, qui donnent au jouer une impression de forte productivité et un désir, sous l'effet de la dopamine, de continuer à jouer et cumuler plus de points.

Le génie du jeu consiste à faire évoluer par l'ordinateur le niveau de jeu en fonction du joueur. En fait, c'est l'ordinateur qui joue, laissant croire au joueur que c'est lui qui s'améliore au fil des niveaux !
Faire croire à une personne qu'elle est et devient de plus en plus intelligente en perdant son temps de manière totalement stérile et infantile, avouez qu'il fallait le faire !..
Ce jeu concerne à lui seul 100 millions de personnes par jour. Il y en a des myriades d'autres sur le marché. Violents ou non, tous fonctionnant tel une drogue sur le principe récompense-dopamine.
Devenez plus intelligent grâce aux jeux ! Que Narcisse soit rassuré, il est toujours le meilleur !
 

80% des Français sont équipés de l'engin, qui pour beaucoup est une véritable addiction. Au volant de sa voiture à 130 à l'heure, sur les bancs de l'école, pendant que le prof se parle à lui-même faute d'auditeurs, dans sa baignoire devant la télé ou en faisant du ski, il est partout. Il est sorti au minimum 30 fois par jour de la poche, 2 fois plus souvent encore pour les -30 ans et jusqu'à 200 fois pour les ados. La moitié des jeunes s'endorment avec lui, c'est leur nouveau nou-nourse !

Une grande partie de l'activité est liée à internet. En particulier sur les "réseaux sociaux" tel Facebook où l'on communique sans pudeur toute sa vie privée, ces secrets les plus intimes jusqu'à la photo de ses fesses !
On y écoute aussi de la musique, si l'on peut appeler musique cette bouillie industrielle mondialisée qui vous fait entrer la tête dans les épaules en espérant que ce bruit crispant cesse rapidement.
Enfin, et j'en oublie, l'on y regarde aussi les films ou les séries télé fluorées, les photos ou les vidéos qui font le "buzz" et que l'on retransmet illico à tous ces amis, on cherche un partenaire sur les sites de rencontre, sans oublier les pubs des bonnes affaires et le flash d'informations capital, tel un but marqué dans une partie de foot quelque part sur la planète !


 L'équipe de France dite : "les bleus"...

A propos de foot, voilà bien la transition toute trouvée pour nous amener vers le chapitre Média.
Le foute-balle est sans conteste l'activité qui occupe en permanence une place culturelle sans rivale et souvent exclusive dans le coeur, le cerveau et les conversations des Français.
Bien que dans ce cas, le mot Culture soit peut-être un peu exagéré, au regard de ces hordes incultes de supporters au visage peinturluré, hurlant comme des macaques alcoolisés.
Ils peuvent regarder sans fin à la télé, des gens courant derrière une balle, et lorsque l'un des personnages à l'écran marque un but, c'est la même exultation que s'ils avaient eux même marqué ce but. La fusion est totale, ce qui leur permet de faire du "sport" affalé dans le divan, une canette de bière à la main !
Comme tout gamin, je me souviens avoir joué au foot dans la cour de récréation de l'école communale, et j'y prenais du plaisir en tant qu'acteur. Mais de là, aujourd'hui à m'identifier et me transposer parfaitement en spectateur dans des personnages étrangers, il y a un pas...
Disons toutefois que le fort matraquage médiatique autour des matchs, n'est pas totalement étranger au conditionnement des comportements actuels, proches de l'extase hypnotique.


Les médias
Et Dieu sait qu'au niveau conditionnement médiatique, nous atteignons des sommets. Cette ascension est facilitée par la fascination pour tous ces écrans, smartphone, tablette, ordi ou télé, qui veut que les informations qui en sortent aient un poids supérieur aux arguments de l'humain en chair et en os devant vous. Nous sommes littéralement noyés sous un déluge d'images, de flash, de scoop, de buzz et autres anglicismes qui donnent la fausse impression d'être au courant de tout, alors que sous ce volume en continu, se cache tristement une uniformité et un nivellement remarquable de la pensée et de la culture.
 

Dans les messages véhiculés, il y aura d'abord l'idée que pour être inclus dans la société, il ne faut jamais paraitre tant soit peu "démodé". Il faut entrer dans le moule de la normalité, "être comme tout le monde" avec toutefois "le petit plus" qui vous donnera un avantage.
Autrement dit, nous achetons tous à peu près la même chose pour avoir l'air différent ! Cela vous semble incohérent, mais c'est le principe même des modes et "tendances" mercantiles de notre univers mondialisé.

Si un jour vous demandez pourquoi des entreprises multimilliardaires mettent gratuitement à votre disposition les Google, Facebook et autres, sachez que rien n'est gratuit. Vous êtes vous-même le produit dont toutes les données sont conservées, analysées, triées et revendues à des boites de marketing commercial ou à des fins de statistiques détaillées à des services d'études comportementales gouvernementaux ou privés. Vous seriez surpris de découvrir tout ce que l'on sait sur vous, vos humeurs, comportements, habitudes, déplacements, finances, couleurs politiques, niveau intellectuel, etc !...

Au niveau conditionnement commercial, ce sont les plus jeunes, parce que les plus malléables et rentables, qui sont ciblés les premiers. Dans leur code vestimentaire d'abord, (les parents en savent quelque chose à la rentrée des classes), dans leur alimentation (très rentable), véritable fabrique d'obèses, et enfin dans leur apparence physique. Ce dernier point prendra une importance grandissante au cours de leur vie. On passera donc des sucreries de l'enfance, aux différents produits miracles pour maigrir, pilules, régimes "gratuits", appareils de torture, etc... en gardant toutefois le Mac Do, les pizzas et la bouffe industrielle "allégée, bio, sans sucre ajouté, naturelle, pleine de vitamines, pour prévenir le cholestérol, etc..."

L'apparence, toujours l'apparence, paraître plus jeune, paraître plus privilégié dans sa nouvelle voiture ou nouvelle maison. Rappelez-vous, toujours être dans le moule pour sembler différent "à la pointe du progrès". Toujours désirer le dernier objet "qui sort", et jeter sans cesse "ces machins démodés". Un smartphone est démodé au bout de 20 mois !
Tu vois grand-père, c'est très différent de ton époque, où un objet était fait pour "vous durer toute la vie", où l'on reprisait, recousait, réparait, en mettant un point d'honneur "à ne rien jeter".

 C'est avec l'aide des média que l'on est passé d'une société ancestrale de conservation à une société dans laquelle le gaspillage est le moteur de l'économie.
C'est ainsi, aussi, que l'on a quitté une idéologie ancestrale de patriotisme. Idéal pour lequel, grand-père, tu t'es battu dans les tranchées de Verdun et ton fils est mort dans le ciel allemand en 1945. Idéal que l'on peut résumer ainsi : "Retrouver et garder son pays, libre, indépendant, avec l'intégralité de ses frontières et sa totale souveraineté dans tous les domaines".

Aujourd'hui la France n'est plus un pays, au sens où elle n'a plus la maîtrise entière de ses frontières, de sa propre monnaie gérée par une banque centrale à Francfort, ni de ses lois et son économie dictées à Bruxelles par des technocrates ultra-libéraux.
Nous avons donné sans combat, les clés de la France à un organisme extra-territorial, non-démocratique, baptisé "Europe". Trouver cela anormal est très mal vu. C'est être arriéré, replié sur soi-même, nationaliste, démagogue, populiste, diabolisé, et ne peut conduire tout droit qu'au fascisme et à la guerre !!!...
Le monde à l'envers quand on regarde aujourd'hui l'impérialisme allemand et de la haute finance dicter autoritairement leurs lois au petit peuple des nations européennes, jadis indépendantes.
"Europe" est l'appellation policée du IV Reich.
Ceux qui sont morts pour défendre l'indépendance de leur sol, sont morts pour rien !
Et oui pépé tu entends bien, être patriote aujourd'hui est une tare qu'il faut combattre  !!!...

Quant à voir, à défaut de frontières, notre pays accueillir tel un moulin à vent, toute la misère du monde, avec dans sa besace un Islam de plus en plus radical, c'est être "un sans-coeur" que de protester. Notre "mission de terre d'accueil" passe avant la tranquillité et la sécurité du citoyen gaulois.
"Grâce à vos lois démocratiques, nous vous envahirons. Grâce à nos lois religieuses, nous vous dominerons"disait un "poète" arabe en 1909.
En 1974, à la tribune de l'ONU, Houari Boumediene, président de la République Algérienne déclarait : "Un jour, des millions d'hommes quitteront l'hémisphère sud pour faire irruption dans l'hémisphère nord. Et certainement pas en amis. Car ils y feront irruption pour le conquérir. Et ils le conquerront en le peuplant de leurs fils. C'est le ventre de nos femmes qui nous offrira la victoire".
Il suffit de regarder nos banlieues pour voir sous nos yeux ces prophéties se réaliser.

Et ce n'est pas prêt de s'arranger.
Il faut savoir que la population africaine va doubler dans les 30 prochaines années, que 700 millions d'entre eux parleront le français, que les guerrillas inter-ethniques et religieuses vont s'y généraliser, et vous aurez une première idée des vagues migratoires qui vont déferler tel un nuage de sauterelles.
Notre "terre d'accueil" risque fort un jour ne plus être bientôt  assez grande pour accueillir toutes les misères de l'Afrique et son cortège de mosquées orientales.

Un monde sans frontière... Europe de Schengen... France terre d'asile... pour connaitre la suite, il suffit là aussi de regarder nos banlieues multicultiralistes et vous aurez l'image de la France de demain, jusqu'au fin fond de son plus petit village.

C'est particulièrement au moment des élections, que l'on peut voir sur ces thèmes (il y a en a d'autres), les média se déchaîner avec toute leur puissance de tir d' un cynisme et d'une sournoiserie remarquable. Tous les coups sont permis pour faire entrer l'électeur dans le moule de l'ultra-libéralisme européen et la bien-pensance mondialisée.
La tache est facilitée par le fait qu'il n'y a plus de presse indépendante, à l'exception de rares journaux, toute la presse, tributaire de la publicité, est sous la coupe de patrons de grands groupes financiers. Quant à la télé, également sous le diktat de la pub et de grands groupes financiers, je vous défie d'y trouver un membre de rédaction ou chroniqueur accrédité d'une chaîne d'information, qui ne soit un libéral européen convaincu. Et là, le matraquage médiatique est quotidien. 
 

Le matraquage officiel est une chose, s'assurer que personne ne diffuse une information non-conforme à l'uniformité de la bien-pensance en place, en est une autre. C'est ainsi qu'on a sorti du placard un vieux gadget rebaptisé "fake news". En français, fausse info ou fausse rumeur, et en clair toutes les idées qu'il n'est pas bon de diffuser. Cela signifie sans langue de bois : censure de la liberté de la presse.

Mais la chose est à double tranchant. Quand par exemple le gouvernement met aux orties le Code du Travail, en déclarant que pour lutter contre le chômage, il faut faciliter les licenciements, c'est un mensonge ou une vérité ???

Il faut toutefois convenir que sur les réseaux sociaux, où les jeunes puisent sans discernement l'info qu'ils "re-tweet" immédiatement aux "followers", c'est un grand festival d'absurdités, de n'importe quoi, de complots et de Martiens qui marchent sur la lune. Mais il n'est pas sûr que ce soient ces fausses-rumeurs là, qui font l'ADN des Facebook et autre Twitter, qui intéressent le plus nos politiciens, lorsqu'ils parlent d'augmenter les sanctions en périodes d'élection présidentielle.

 
 L'Américanisation de notre culture
 
On pourrait croire que cette abondance d'échanges d'informations alliée à la démocratisation des transports, et particulièrement de l'avion, ont apporté un grand brassage des cultures et une grande diversité des idées à travers le monde.

Ce n'est pas exact, loin de là. Tous nos objets manufacturés viennent d'Asie. Toutes les récentes inventions, les cultures et les modes, trouvent naissance aux USA, et s'imposent uniformément à toute la planète, balayant et javellisant les originalités et les cultures locales ancestrales. Nous avons baptisé cette ère nouvelle, "mondialisation"


Comme elle est partout, difficile de choisir par quel exemple commencer (il serait plus simple de chercher dans notre culture, ce qui n'est pas encore américanisé) .
Au hasard, j'ai choisi la musique (pas la musique classique, Mozart est toujours là, Dieu merci), mais la musique populaire. En écrivant ces lignes, j'ai fait un tour sur le net pour voir les titres les plus téléchargés en France en ce moment. Pas une seule chanson française dans les 30 premiers tubes (un tube est un truc qui se consomme en boite). Tout en anglais. Pour tous nos chantouilleurs, ce serait un déshonneur que de s'abaisser à s'exprimer dans la langue de leur pays. Même pour représenter la France à l'Eurovision, ils chantent dans la langue de Shakespeare. Enfin là, c'est un grand mot, je m'étonnais de ne pas en comprendre un mot de leur anglais, j'ai été rassuré en constatant que je ne comprenais pas leur français non plus !

Dans l'expression orale ce n'est guère mieux, pas une phrase sans y introduire des "Wahoo", Cool ou des "My God" (Michet of course). Pour les jeunes, on y ajoutera de l'argot de caniveau, trouvé entre autres dans les titres de rap.
Alors me direz-vous à force d'écouter à longueur de journée des chansons anglaises, le casque vissé sur les oreilles, les Français doivent être bon en anglais. Et bien non, toujours dans les derniers de la classe en Europe (juste devant la Turquie et l'Azerbaïdjan !). Triste pour le pays le plus visité du monde avec près de 90 millions de touristes étrangers attendus cette année.

Le plus irritant dans ce gâchis, sont souvent les termes anglais employés à contre-sens, à la place du mot français existant. Je regarde parfois une fiction TV, où sont mis en scène des personnes recherchant une maison. Dans les critères de choix on trouve invariablement une cuisine ouverte avec îlot central à l'américaine, et un "dressing". Le mot " dressing" revient sans cesse, mis à toutes les sauces (si je peux me permettent ce jeu de mot franco-anglais). Un dressing room à l'extrême rigueur mais un dressing seul en anglais, c'est au choix un pansement ou un assaisonement (le plus célèbre étant le french dressing, c'est-à-dire la vinaigrette !). Les Anglais disent walk-in wardrobe ou walk-in closet, et nos amis Québecois fort judicieusement et tout simplement : "pièce penderie".
Alors la prochaine fois que vous entendrez parler d'un dressing, pensez à de la salade ! (autres exemples)

Je voudrais rendre ici un hommage aux habitants du Québec, qui eux sont parfaitement bilingues, et les derniers défenseurs de notre langue. Ils mettent un point d'honneur à conserver les mots anciens que nous avons oubliés et franciser les mots américains pour enrichir notre langue. Un grand coup de chapeau et un grand merci à vous Messieurs Dames. Chez nous, la langue de Molière se meurt, et à écouter parler les jeunes de nos banlieues, je crains fort que les flux migratoires ne soient en mesure de la réanimer dans sa richesse et ses subtilités.
 

 S'il est un domaine où s'étale l'américanisation de notre culture, c'est bien dans les programmes de télé, sur lesquels les Français passent 4 heures par jour. Rien n'y échappe, film, séries, variétés, jeux, dessins animés, fiction, romans à l'eau de rose, top chef de tout, etc.. Tout est "made in US". Les productions françaises sont généralement des imitations sous licence d'origine américaine.
On pourrait penser qu'à travers un grand nombre de chaînes, existe un grand choix de programmes. Pas vraiment, on a plutôt l'impression d'une grande uniformité sans intérêt réel. C'est sans doute la raison pour laquelle le téléspectateur passe son temps à muscler son pouce, pour errer d'une chaîne à l'autre, espérant enfin trouver un programme interessant dans sa traversée du désert.

Il faut dire que la monotonie s'installe vite. Par exemple, toutes les séries policières se ressemblent, toutes manient le revolver et le scalpel des autopsies, toujours à travers les mêmes cadrages, mêmes plans serrés, mêmes cadences de séquences, mêmes dialogues, profil d'acteurs. L'ensemble est si codifié au millimètre près que l'on a l'impression d'un moule fabriqué une fois pour toute dont on tire à l'infini des photocopies. Ce moulage codifié à l'extrême, dans lequel le spectateur passif ne risque pas de se casser un neurone, on le retrouve dans toutes les autres catégories d'émissions.

Le summum étant sans doute atteint par des épisodes de téléréalités fluorées d'anges, ch'ti ou Marseillais à Miami ou Hawaï. Là, l'américanisation est poussée à un tel degré caricatural et les dialogues à un niveau infantile si bas, que l'on ne voit pas qui peut s'assimiler sans rire à des personnages d'une niaiserie aussi affligeante.
Toujours ce même formatage dans toutes les publicités, que ce soit pour maigrir, faire la cuisine, acheter une voiture (dans les décors de l'Arizona). Toujours dans le look, des jeunes adultes tatoués ou mal rasés, à tel point que l'on a l'impression de regarder défiler des armées de clones.
Uniformité, uniformité et nivellement de tout, des apparences, des cultures, des idées bien-pensantes.
Cette américanisation de notre culture et de nos modes de pensée à travers les différents medias est certainement l'une des différences essentielles que grand-père Hibernatus trouvera en nous rendant visite.

 En grattant un peu, on découvre vite que cette "culture" qui partout dans le monde, porte le "rêve américain", n'est guère plus avancée que celle des islamistes.
Saviez-vous que 65% des Américains ont eux aussi une lecture littérale des anciens textes religieux et affirment que la Bible répond à toutes les questions essentielles de la vie. Ils sont convaincus qu'un dieu a créé le peuple américain différent et meilleur que le reste des habitants la planète. 50% des Américains ne connaissent pas les lois de l'évolution des espèces ou le lien évolutif entre l'animal et l'homme.
Influence du cinéma, beaucoup sont convaincus que les dinosaures et les humains ont vécu à la même époque. Bien sûr, comme dans la Bible, le soleil tourne autour de la Terre qui est plate. (nous en étions au même point dans les temps les plus obscurs du moyen-âge).
 Faire croire que la Terre est ronde est une conspiration massive de la NASA !
 "La Terre est plate, mais autour il y a un mur de glace, appelé Antarctique, pour empêcher les océans de se déverser ! " (non, non, je n'invente rien).

Dans les perles bien ancrées, j'ai pioché entre autres : "les bienfaits de la science sont nécessaires surtout pour permettre aux films de science-fiction de se renouveler" ou : "les scientifiques sont intelligents parce qu'ils portent une blouse blanche". (ne riez pas, même en France, les spécialistes-bidon en pâte dentifrice, calcaire de machine à laver, cholestérol, yaourt, produits de nettoyage, etc, sont affublés d'une blouse blanche dans les pubs TV pour faire savant et crédible)

 Ne croyez pas que les esprits scientifiques rationnels, qui ne se contentent pas d'explications vaseuses des temps reculés, soient majoritaires au pays d'Oncle Sam.
Les athées, qui n'étaient que 3% au début des années 2000, sont très mal vus dans un pays qui compte 75% de croyants pratiquants.
Certains Etats des USA ont conservé les lois déclarant que les non-croyants ne peuvent exercer des charges dans la fonction publique : shérif, juge, ni même candidat à une élection quelconque. Il faut se souvenir que là-bas, il faut jurer sur la Bible dans beaucoup de circonstances, du tribunal à l'armée. C'était aussi ainsi en France au Moyen Age !

Ce n'est qu'en décembre 2016 que Barack Obama a signé une loi visant à protéger la liberté de pensée des athés au même titre que les autres croyances. On a donc maintenant légalement le droit de croire que la Terre est ronde, ou que les hommes et l'univers n'ont pas été créés en une semaine par une divinité.


Ce ne sont pas les croyances en tant que telles qui portent à sourire, mais le fait au XXI° siècle, avec toutes nos connaissances scientifiques modernes, de continuer à prendre au pied de la lettre des explications inventées par l'homme à une époque lointaine, pour pallier justement au manque de connaissances scientifiques d'alors.

Cet obscurantisme de masse est un véritable paradoxe dans un pays, actuellement à la pointe de progrès scientifiques et technologiques, tels que l'humanité n'en a jamais connu en trois millions d'années d'évolution.
C'est également difficile à concevoir en France, pays de Descartes et de la raison, qui pose la laïcité comme principe fondamental de l'Etat et de la vie en commun. C'est également la laïcité que la France tente d'imposer face à une religion musulmane, de plus en plus envahissante. Concernant une Terre qui ne tourne pas ou l'origine divine de l'homme, il n'y a pas grande différence entre la Bible et le Coran.  

Obscurantisme difficile à comprendre au pays de la laïcité, mais pas au royaume des réseaux sociaux, Facebook et autres forums.
Aujourd'hui sur ces réseaux, le peu de connaissances scientifiques que l'on a pu acquérir à l'école est remis en cause au nom d'imaginaires conspirations institutionnelles.
Il suffit en France de parcourir ces réseaux pour y trouver, tant au niveau scientifique que culturel, des âneries encore plus énormes que celles que j'ai cité plus haut. La science n'est plus dans l'esprit des jeunes générations, porteuse de savoirs mais source d'informations douteuses.
Il faut dire qu'une brève élucubration écrite sans contrôle ni rigueur sur un forum, est souvent plus facile à avaler bêtement qu'un long article bien étayer dans une revue scientifique, et sur lequel une réflexion s'impose.
Là est une partie du problème, en effet une très récente étude de l'OCDE nous informe qu'aujourd'hui, un pourcentage non négligeable de personnes soufre d'analphabétisme fonctionnel, c'est-à-dire d'incapacité à comprendre convenablement un texte ou de se concentrer plus de quelques minutes sur un sujet.

Serions-nous en train de devenir idiots ?  
 

La question est loin d'être idiote et les chiffres semblent répondre par l'affirmative.
Si les chiffres mesurant le coefficient intellectuel sont à manier avec beaucoup de précautions, il y a actuellement une convergence entre différentes études qui montre une baisse confirmée de notre QI depuis 20 à 30 ans, dans différents pays dont la France, l'Australie, le Royaume-Uni ou les Pays-Bas. La France a perdu 4 points en 10 ans, passant ainsi de 102 à 98 entre 1999 et 2009 (depuis 2009, on ne sait pas, faute d'étude publiée à ma connaissance).
La cause ou les causes sont mal connues. Plusieurs pistes sont possibles et sans doute cumulatives.
Incidence des perturbateurs endocriniens, sur les hormones thyroïdiennes impliquées dans le développement du cerveau.
Incidence possible des ondes électromagnétiques pulsées, pendant la grossesse ou le maniement du téléphone portable à l'oreille de jeunes enfants ?
Selon certains, cette régression est d'ordre démographique. Dans les pays concernés, les femmes ayant un bon QI font des études supérieures plus longues, elles ont leur premier enfant plus tard et au maximum seulement deux enfants. Les familles les plus nombreuses se retrouvant dans les couches de la société ayant le QI le plus bas.
Une loi de la sélection naturelle à l'envers !
Toujours sur le plan démographique certains prétendent que la proportion de population issue de l'immigration peut avoir une incidence. Ils s'appuient sur les statistiques publiées indiquant que dans leurs pays d'origine, les populations arabes auraient un QI moyen maximal de 85 et que celles des régions d'Afrique sub-saharienne se situeraient entre 75 et 60.


Autre cause souvent évoquée, la télévision que les Français regardent pendant 4 heures par jour. Ici est mise en avant, la passivité et la mise au repos prolongée du cerveau du spectateur, devant des programmes pour la plupart infantiles et débiles, peu favorable à l'épanouissement et au développement cognitif d'un individu.
Aucune assertion n'est prouvée

On constate seulement que les enfants semblent aujourd'hui avoir de plus en plus de mal à apprendre à l'école les données élémentaires qu'ils acquéraient auparavant. Ils sont aussi victimes d'une augmentation des troubles de l'attention ou d'hyperactivité.
Le déficit de l'attention et de la concentration sur un sujet donné, est masqué chez les adolescents et les jeunes adultes, par l'usage massif du téléphone portable, dont le principe de base consiste justement à passer sans cesse d'un sujet à l'autre.

Chez beaucoup, on voit apparaître un manque d'intelligence critique, une difficulté à bien analyser une information, en situer le contexte, la synthétiser, la hiérarchiser puis à la classer pour éventuellement l'archiver. Ce manque de hiérarchisation fait le bonheur des "buzz", "fake news", et autres vidéos qui abreuvent les réseaux sociaux à longueur de journée.

Faute d'études scientifiques publiées, il n'est pas possible de savoir si ces troubles comportementaux sont généralisés ou seulement limités aux pays dans lesquels on a constaté une baisse du QI. Impossible également de savoir pourquoi cette baisse ne concerne que certains pays populations occidentales d'Europe du Nord, dont la France. Nous ne sommes pas les seuls à regarder la télé, fumer du hachis ou subir les effets des perturbateurs endocriniens, mais l'homme occidental semble être plus atteint que les autres groupes ethniques.

Nous perdons déjà des spermatozoïdes, il ne manquerait plus que nous perdions aussi nos neurones !...

 

 

 

                                                                              Lectures recommandées

 La vie en autarcie dans nos campagnes autrefois
 
L'exode rural
 
La civilisation de l'automobile
 
Révolution informatique


 
Le téléphone en quelques chiffres
 Dépendance au smartphone
 
Mon smartphone : mon "Ami"
 Pourquoi les selfies sont bons pour l'ego
 
L'addiction aux jeux vidéo 
 
Candy Crush: les mécanismes qui créent l'addiction
 
L'impact des réseaux sociaux sur notre vie

 Mes données conservées par Google

 Mes données conservées par Facebook
 
A quoi servent mes données
 
Le foot plus fort que l'amour
 
Qui controle les médias

 Que révèle l'invasion publicitaire
 
Obsolescence et prêt à jeter
 
L'Europe ou la Nation
  
La nation contre l'Europe
 Les opposants

  Fake news : ce qu'en pensent les journalistes
 
Fake news et liberté de la presse
 
Fake news et réseaux sociaux 
 
La France colonie américaine

 L'américanisation culturelle de la France.
 
Des mots franglais qui n'ont pas de sens en anglais
 
Ces émissions débiles... mais addictives
 
De bonnes raisons pour ne pas regarder la télévision

 La Terre tourne autour des États Unis
 
Etre athée aux États-Unis
 
Les athées, interdits de postes officiels
 
Obama signe une loi de protection des athées

 L'analphabétisme fonctionnel des adultes en Europe

 École : 30% d'illettrés en France
 
Hyperactivité
 
Le QI des Français
 
Pourquoi le QI chute en Occident

Le QI aurait baissé en raison de l'immigration
 
QI en berne, autres causes
 
*
Q.I par pays
 
De l'esprit des lois -Théorie des Climats - Montesquieu
 
Corrélation entre Culture et Innovation 

 

Avertissement

Ce petit site n'a pas pour objectif de décrire la société telle qu'elle est majoritairement aujourd'hui en France, mais seulement de peindre de manière parfois caricaturale quelques traits de comportements, modes de vie ou pensées difficilement imaginables au temps de mon grand-père, né en 1880. Il est donc normal que la plus grande majorité des lecteurs ne s'y reconnaîtront en rien. Il n'est pas question de comparer et prétendre qu'une époque est supérieure à l'autre où de dire que c'était mieux avant, mais seulement d'évoquer quelques points en terme de différences. C'est ce mot différence qui est le fil conducteur à travers les pages. C'est ce mot différence, un peu galvaudé dans une société mondialisée où tout doit s'uniformiser même les idées, qui a guidé l'auteur. Il y a autant de vérités que d'individus, alors ils faut se battre pour que chacun continue d'avoir le droit d'exposer son point de vue, même s'il est différent du votre. Ainsi que disait Voltaire :
« Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'à la mort pour que vous ayez le droit de le dire »

                                                                       
   Henry Coulondou,
                                                                          mars 2018 à Thézan des Corbières      
email: coulondou@aliceadsl.fr

   

 


 du même auteur 

Bienvenue à Thézan des Corbières
Charles Martel et la Bataille de la Berre 
1907 - La Révolte des Vignerons
les Moulins de la Corbière
 le petit train des Corbieres
De la préhistoire à nos jours autour de Thézan

Histoire du Château de Monséret
le petit âne Nestor sur le chemin de Compostelle
Traditions des îles de l' Indonésie
Réchauffement Climatique ?   Effet de serre ?
 La société 2018 vue par mon grand père
 

 

 

 

 les données conservées par Google

  J'ai fouillé dans les données que j'ai envoyées à Facebook

 Publicité, propagande... A quoi servent les données personnelles que vous confiez à Facebook ?

 

 

 

  

 

la science et les Américains - influence de la Bible - paradoxe obscurantisme et domination technologique - désintérêt populaire - anaphalbétisme fonctionnel - baisse qi - causes -     en cours....