La société d'aujourd'hui expliquée à mon grand-père

Introduction

Famille

Sexe

Culture

Sciences

Les 2 mondes

 

Les courants de pensée des deux mondes

En synthèse des page précédentes, nous résumerons pour grand père, la compréhention de la société occidentale d'aujourd'hui se réduit à deux courants de pensée. .
- Celui représentant la tradition et l'attachement au sol, que nous appelerons: Le monde des Hommes Blancs
-
Celui consécutif à l'égalité homme-femme, dit progressiste, pronant l'égalité de tout et un monde sans frontière, que nous  appelerons: Le monde des minorités actives.

Deux points de vue inconciliables qui se font face

 

Le monde des Hommes Blancs

Le premier courant de pensée, nous l'appellerons le monde d'avant ou le monde des Hommes Blancs.
C'est celui de grand père, des anciens patriotes vivant dant un pays souverain maitre de ses frontières et commerçant avec d'autres pays, d'égal à égal. Le pays du chacun chez soi.
Un pays où on appelle un chat un chat, où on ne traie pas le taureau, et où homme et femme vivent en complémentarité y compris dans l"éducation des enfants. L'autorité pour le père, la douceur pour la mère. L'avancement dans le rang social est basé sur le mérite.
C'est aussi un pays fier de son passé, qui ne songe pas à le réécrire, à en effacer les traces ni à démolir le Colisée de Rome sous prétexte que les romains les ont colonisés il y a 2.000 ans

Ce monde toujours bien présent au coeur d'une partie des hommes blancs, est maintenant peu représenté dans la classe politique, à l'exeption de l'extrême droite. Il n'a aucune faveur des médias, télé, magazines ou autres. Toutes les propagandes lui sont hostiles car l'Occident est resté traumatisé par Hitler, toute personne aimant son pays est qualifiée de nationaliste, de souverainiste donc de nazi !
C'est ce courant méprisé des élites libérales que Trump a choisi de représenter pour être élu.


Le monde des minorités actives

Ce monde en pleine expension est plus complexe à décrire car il est un point de convergence de différents courants émergents.
Il est facilement identifiable car totalement obsédé par le sexe et la race.
Son arme, la victimisation.

Commençons par le sexe.
Aujourd'hui en Occident la femme a atteind l'égalité avec l'homme, elle fait les mêmes métiers, boit les mêmes bières, fait de la politique et joue au rugby. Tout était donc bien et la complémentarité entre homme et femme qui reignait sur notre espèce depuis que nous vivions dans les arbres, avait été balayée en moins d'un siècle de "progrès". Personne n'a encore osé décrire les conséquences de ce changement radical.
L'égalité des sexes a vite mis en évidence qu'il y avait deux chefs à la maison, un peu comme deux commandants à la barre du même bateau. L'égalité c'est  bien, mais il n'y a de place que pour un dominant dans la nature.
D'où une idée aussi diabolique que féministe, née dans les universités californiennes et propagée en trainée de poudre dans les medias, de dévaloriser l'homme pour ne plus partager le pouvoir nouvellement acquis.
On est encore plus égal quand on abaisse l'autre !

C'est ainsi que l'on passe de l'émancipation de la femme à l'égalité des sexes, puis de "la femme est un homme comme les autres" jusqu'à l'étape finale où "l'homme doit devenir une femme comme les autres".
D'où la théorie des genres de tout accabit, étalant sa gamme de sexes, allant de la part de féminité qui réside dans l'homme jusqu'à la part de féminité qui réside dans la femme. Le jeu étant de démontrer que les hommes de sexe masculin ne représentent qu'une infime part dans le nouvel arc-enciel des sexes.

Pour gonfler l'importance de cet arc-enciel, la recette est simple.
Il suffit de prendre des cas particuliers minoritaires dont vous faites la norme à la mode. Celle qui primera sur toutes les autres.
Par exemple mettre en valeur tout ce qui n'est pas un homme hétérosexuel autrefois qualifié de "normal", prenons au hasard, les homosexuels. C'est banal il y en toujours eu, mais ils étaient discrets, faisaient leurs affaires entre eux et s'exibaient raremement sur la place publique.
Tout à coup, vous en faites des vedettes qui défilent fesses à l'air sur des chars tel des stars du progrès , des exemples pour l'avenir des jeunesn, et vous créez même des lois pour les protéger comme s'il s'agissez d'espèces en voie de disparition...

a coupé zizi

Puis pour bien isoler le concurent, on va aussi développer la théorie de l'homme qui ignore qu'il n'est pas un homme à part entière.
Il se trompe sur son sexe, ou du moins son genre pour reprendre le langage à la monde.
On le sait maintenant, les hommes portent en eux les 50 nuances de féminité. Dans chaque garçon il y a une fille qui s'ignore et le genre n'est qu'une construction sociétale de l'esprit.
Pour rendre l'homme bon, il suffit donc de le féminiser et de favoriser en lui sa part androgine. Dès l'enfance il faut apprendre à ce garnement à jouer à la poupée.
Pour faire bonne mesure on ajoutera même de nouveaux sexes (pardon genres), style différentes variétés de transgenres et transtout, qui viendront grossir les rangs de ces pauvres minorités si mal comprises de l'Homme si mauvais. En fait dans cette arche de Noë des dites minorités, est bienvenu tout LGBTQIA+XYZ qui comme le chat de Schrödinger peut superposer plusieurs états à la fois.
On va donc mettre en avant tous les hommes qui n'en sont plus vraiment. Les catalogues de mode sont édifiants à ce sujet. Ces hommes nouveaux pas trop virils vont devenir la nouvelle norme, relèguant au passé à banir, l'homme de cromagnon qu'était grand père.

Disparue l'autorité paternelle si redoutée des temps jadis, l'enfant peut enfin s'épanouir sans borne.
Les mauvaises langues diraient sans repère non plus ! Plus d'autorité à l'école, ni trop ailleurs non plus, tout est censé être dans la
communication. L'important partout et en même temps est de ne pas appeler un chat, un chat. Tout est diplomatie nuance et doigté. On se noie dans des phrases de dix kilomètres de long pour contourner le jugement clair et plus encore une décision ferme.

L'homme nouveau sans autorité a enfin toute sa place dans la société moderne,  progressiste et javélisée.
Et voilà ! couic le zizi avec la bénédiction de toute la bienpensance puritaine mondalisée....
Bien sûr il ne s'agissait pour la femministe occidentale que de régler le sort du rival, le mâle occidental.
Celui qui voulait encore exister après la conquête de "l'égalité" des sexes.
Les autres, qu'ils soient d'Afrique, islamistes ou gitans, on ne s'y frotte pas. Pas folle la guêpe !

Mais que faire pour achever les mâles réfractaires que l'on a pas réussi à féminiser.
Simple, il suffit de les accuser de tous les maux et de dénoncer à la vindicte populaire ces reliques de l'ancien régime.

Suptile intuition du génie féministe: pour abattre définitivement le concurent dans la conquête du pouvoir, vous faites de tout ce qui n'est pas mâle viril, des opprimés du passé qui à ce titre ont droit à tout les égards en compensation du temps où les méchants Hommes les ont ignorés ou moqués".
En filigramme: "comme nous les femmes jadis minorité sans droit, dans un monde fait par les hommes, pour les hommes ".
C'est donc la faute de l'homme occidental si aujourd'hui nous avons le droit légitime, au nom du passé, de tout lui prendre, puisqu'avant il ne partageait rien.
Cette idée de compensation intemporelle deviendra vite une idéologie dominante.

C'est cet être rustre et brutal, source de tous les maux, qu'il faut abattre car il est l'obstacle au Progrès.
D'ailleurs tout le monde le sait, l'Homme est si mauvais qu'il faut des lois s'en protéger.
Il est même mauvais en tout, il tue les femmes, il viole tout ce qui bouge, il n'a de cesse de mettre les mains au fesses 30 ans plus tôt. On dit même qu'il mange les petits enfants dans la forêt.
Il est l'auteur de tous les crimes en phobe et en cide.
Il ose même encore draguer les filles, comme si ce n'était pas la féministe libérée qui avait seule le droit de choisir son partenaire.
Elle a le droit de se promener les fesses en l'air mais l'homme n'a plus le droit de saliver.
Il faut toujours plus de lois et de délations, de dénonciations rétroactives en tout genre pour s'en protéger.


     

Il faut dire à propos des armes #MeToo et autres #balance ton mec, que nos collabos nazis pendant la guerre étaient des enfants de coeur. Comme aux pires heures des dictatures sans pitié d'Hitler ou de Mao on peut même voir aujourd'hui des enfants dénoncer leurs parents.
Cette ultime étape de la diffamation est présentée comme une libération et un progrès de notre civilisation.
Il faut que notre société soit arrivée à un état de décadence très avancée pour qu'une telle honte ne nous fasse même plus réagir.
C'est cette chasse à l'homme et cette victimisation permanente au nom du passé qui est maintenant la base des rapports sociaux dans la guerre pour la suprémacie lancée par les féministes.

Avant de quitter ce paragraphe, il faut noter que comme dans toute conquête, le nouvel arrivant se doit de marquer son territoire.

Ici c'est la langue française qui en a fait les frais.
La femme étant devenu un homme comme les autres, elle exerce donc aussi des métiers d'homme comme charpentier, menuisier ou sapeur pompier. Victoire de l'égalité enfin acquise et de l'efffacement des différences, on aurait pu penser que le nom de la profession soit maintenu sans distinction du sexe de la personne qui l'occupe.
Et bien non, nos amazones ont souhaité créer une différence, en distingant par un nouveau nom, la profession si elle est excercée par une femme. C'est ainsi que nous avons vu naitre des sapeuses-pompières, écrivaines, plombières...  !

La logique féminine, qui avait tant mystifié nos ancêtres à travers les siècles, ne manquant pas de ressources, c'est l'ortographe même de notre langue frnnçaise qui devint illisible. On ajouta à la fin de chaque mot masculin une terminaison en .e.s !
Fier devint fier.ère.s, agriculteur.rice.s, inclus.e.s, officier.ère.s, etc.e.s. ! Il devient iel comme dans iel-même !
C'est à dire, un truc complètement imbuvable, baptisé écriture inclusive, dégendrée (pas déjantée), épicène ou non-sexiste.


Inutiler de rappeler que tout ceci s'accompagne de mesures et de lois pour que les notions de hierarchie dans tous les domaines de la société ne soit plus basées sur le mérite mais sur la discrémination sexuelle en faveur de la gente féminine et des innombrales nouveaux genres. 

L'élément de sélection déterminant devient le sexe, un comble pour celles qui disaient vouloir l'unisexe !

 

Cette idéologie qui tend vers un sexe unique a trouvé son écho dans le courant ultra libéral mondialiste au pouvoir, qui abolit les nations et toutes différences entre les peuples de la planète. Plus de différences entre les hommes, mais aussi plus de passé historique, plus de cultures, plus de particularités héritées des modes de vie ou de l'adaptation au milieu. Tous les terriens sont absolument identiques et permutables comme des pièces de légo. Javélisés et proprement formatés.
Uni-sexe, uni-race, uni-inculture.
Bien sûr dans ce monde parfait ou tous les êtres sont identiques, il est inexplicable qu'en Occident, dans la civilsation forgée par des peuples à la peau claire, certains soient moins bien adaptés au milieu. Comme les moins bien lotis sont généralement des non-blancs, on en déduit que c'est une question de couleurs de peau. C'est parce qu'on est pas blanc, qu'on est brimé.
Si on est moins bien adapté à la civilisation construite à travers les siècles par des européens pour des européens, c'est donc à cause de la couleur de peau.
"D'ailleurs les blancs nous ont toujours dominé. Nous avons une revanche à prendre.
Nous avons tous les droits au nom du passé. Si nous sommes moins bien adapté qu'eux à leur société occidentale, c'est de leur faute."

Et voilà resurgir l'idéologie de la compensation, de la victimisation et du bouc émissaire


 

Si l'homme occidental est l'ennemi de la femme et cause de toutes ses misères; l'homme occidental est aussi à cause de la couleur de sa peau, le responsable et la cause de toutes les misères des "non-blancs".
Tout est mauvais chez l'homme blanc, tout y compris son passé, les statues de ses grands hommes, les oeuvres littéraires et même les oeuvres musicales, telle ces symphonies de Beethoven "dont la complexité de la musique classique est un symbole de l'élitisme dont sont exclus les minorités" . (je cite) !

Comme on l'a vue avec le féminisme, cette idéologie conduit comme toujours dans les croisades a d'abord effacer les monuments et les traces de l'ancienne civilisation. Cela s'est toujours passer ainsi dans les livres d'histoire et il n'y a pas de raison pour que celà soit différent de nos jours.
C'est ainsi dans la nature, il faut marquer son territoire comme notre bon toutou plus haut. Tout comme le vaincu doit mettre genou à terre devant le nouveau dominant, ici l'idéologie de la victimisation. Deux cibles sont particulièrement visées. La police et la colonisation.
La police parce que son travail est d'arrêter les malfaiteurs et manque de chance car dans une majorité des cas ces personnes sont des non-blancs. D'où la conclusion hâtive que la police est raciste, comme si c'était elle qui était responsable de la couleur de peau des délinquants ! Evidemment toute la petite racaille et autre vendeurs de drogue ont tout intérêt à discréditer la police et même à demander qu'elle soit désarmée ! On comprend les demandeurs !

Ils ont pour alliés toute une classe de marginaux d'exrême gauche, braillant dans les manifestations: "tout le monde déteste la police" !

Dans une mode venue d'Amérique, il faudrait même s'agenouiller pour honorer les hors la loi et blamer les représentants de la force publique et de la loi, qui nous en protègent !

A vouloir toujours protéger les voyoux, qui demain va protéger les braves gens ?

Il faut reconnaitre que crier mort aux vaches n'est pas chose nouvelle, les poésies de François Villon à Georges Brassens sont là pour en témoigner.

A part la police, l'autre grand cheval de bataille de la victimisation des non-blancs est la période coloniale.
Là, je suis en partie d'accord avec eux.
Qu'est-on aller faire dans ces contrées qui à l'époque vivaient heureuses dans le néolithique. Quelle idée imbécile que d'avoir voulu les "civiliser" pour les amener à notre époque.
Quelle perte de temps que d'avoir sur leur sol construit des écoles, des hopitaux, des maternités, des routes et ponts, des ports et des aéoports. De les avoir vaccinés contre les maladies qui ravageaient leur population. Nous avons poussé la naïveté jusqu'à vouloir qu'ils soient français. C'en était trop, ils ont choisi l'indépendance et ont brûlé le drapeau français dans de grand feux de joie pour célébrer l'heureux évennement.

Je les comprend et les approuve, moi qui voudrais tant que mon pays se libère du joug de Bruxelles et retrouve son indépendance.

60 ans ont passés, on aurait pu penser que tous ces pays africains libérés du joug du colonisateurs, se soient développées en nations indépendantes ne demandant plus rien à personne.
Il n'en a rien été, malgré les milliards d'aides versées par les occidentaux, les tonnes de vivres et de puits creusés par des myriades d'organismes humanitaires, la plupart des pays d'Afrique subsaharienne vivent encore dans une misère sans fin.
A qui la faute ? Comme pour la victimisation féministe, on a vu se développer des théories postcoloniales, déboulonnant la statue d'un ministre de Louis XIV car c'est à cause du passé lointain que les non-blancs sont malheureux aujourd'hui.
Tout ça c'est la faute à l'homme de blanc, qui comme on l'a vu plus haut est méchant en tout.

Certes, mais cela mérite un peu de recul et de réflexions. Tous les peuples de la terre ont été un jour colonisateur ou colonisé. Au cours des âges, la France a été plusieurs fois colonisée, les tribus africaines se sont fait la guerilla pour coloniser la terre du voisin, enlever des femmes et des esclaves. Pendant mille ans les arabes ont fait le trafic d'esclaves noirs, ce que curieusement personne ne semble leur reprocher aujourd'hui.

Des pays d'Asie du sud-est ont aussi été colonisés et après leur indépendance il y a aussi 60 ans, certains étaient pauvres. Aujourd'hui, tel la Corée du sud, ils sont aussi riches que la France !

Prenons un autre exemple, en Guyane, dont la population dépend en grande partie des ressources de la métropole, sont arrivés en 1977 des réfugiés politiques asiatiques.
On les a conduit vers un coin de jungle peu accueillant à 70 kilomètres de Cayenne. Retroussant leurs manches et sans pleurnicher, ils ont construit le village, défriché la forêt et malgré un sol très pauvre ont fait pousser fruits et légumes en abondance. Aujourd'hui la colonie Hnong (photo de gauche) représentent à peine 2% de la population mais 75% de la production maraichère de la Guyanne.

Eux aussi avait été colonisés par le passé, et certains considèrent de nos jours la Guyanne comme une colonie française en Amérique du sud !

Un dernier exemple à méditer est celui de l'archipel des Commores, ancienne colonie française


 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 https://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/IMG/pdf/guide_pour_une_communication_publique_sans_stereotype_de_sexe_vf_2016_11_02.compressed.pdf

https://www.motscles.net/ecriture-inclusive

 grâce à une série de victoires sémantiques, de l’islamophobie aux violences policières en passant par les vices de l’homme blanc

 emamcipation égalité femme est homme et vice versa

cancel culture  postcolonial photo genou  islamogauchiste

https://www.diapasonmag.fr/a-la-une/aux-etats-unis-beethoven-victime-de-la-cancel-culture-31216

https://www.lefigaro.fr/actualite-france/etes-vous-inquiet-par-la-montee-des-theses-islamogauchistes-a-l-universite-20210218

https://www.20minutes.fr/monde/2978747-20210216-royaume-uni-gouvernement-attaque-cancel-culture-universites

https://www.francetvinfo.fr/societe/education/ecriture-inclusive/vrai-ou-fake-les-etudiants-de-sciences-po-qui-n-utilisent-pas-l-ecriture-inclusive-sont-ils-penalises_4303347.html

https://www.midilibre.fr/2021/02/19/genre-je-me-decouvre-enfin-a-39-ans-ou-quand-le-modele-homme-femme-se-deconstruit-9382391.php

https://www.slate.fr/story/120465/feminisme-misandrie

https://fr.wikiquote.org/wiki/%C3%89ric_Zemmour

https://www.discoursmasculin.com/la-feminisation-homme-moderne-et-son-emasculation-sociale-partie-1/

https://www.discoursmasculin.com/la-feminisation-de-homme-moderne-et-son-emasculation-sociale-partie-2/

https://francais.rt.com/opinions/83128-derriere-cancel-culture-racisme-anti-blancs-lydia-guirous

https://francais.rt.com/opinions/84048-couvrez-islamo-gauchisme-que-je-ne-saurais-voir-universit%C3%A9-lydia-guirous

https://www.marianne.net/monde/europe/pere-mere-ces-mots-juges-discriminatoires-du-royaume-uni-au-quebec

https://www.diapasonmag.fr/a-la-une/aux-etats-unis-beethoven-victime-de-la-cancel-culture-31216

 https://www.discoursmasculin.com/la-feminisation-de-homme-moderne-et-son-emasculation-sociale-partie-2/

https://www.lefigaro.fr/vox/societe/l-ecriture-inclusive-n-a-rien-a-faire-au-sein-de-l-ecole-de-la-republique-20210224

 https://www.francetvinfo.fr/sante/enfant-ado/video-dysphorie-de-genre-pour-etre-vu-comme-un-homme-alex-17-ans-est-pret-a-courir-n-importe-quel-risque-parce-que-c-est-une-question-de-survie_4307073.html

 

   

 ___________________________________________________________________________________________________

Introduction

Famille

Sexe

Culture

Sciences

 https://www.journaldesfemmes.fr/societe/guide-pratique/2683213-sexisme/


 du même auteur 
Bienvenue à Thézan des Corbières
Charles Martel et la Bataille de la Berre 
1907 - La Révolte des Vignerons
les Moulins de la Corbière
 le petit train des Corbieres
De la préhistoire à nos jours autour de Thézan
Histoire du Château de Monséret
-----
le petit âne Nestor sur le chemin de Compostelle
Traditions des îles de l' Indonésie
Les changements climatiques expliqués à Greta
La société d'aujourd'hui expliquée à mon grand-père
 

 

Nombre total de visiteurs depuis 2003
 

 

 

 

 

COMPTEUR MIS EN PLACE  LE 23 12 2019 16hcompteur de visite html