Mises au point sur les finances et projets

Dimanche, pour la cérémonie des vœux le maire Patrick Dapot et son conseil municipal accueillaient Jean-Claude Montlaur, vice-président de la CCRLCM (Communauté de Communes Région Lézignanaise, Corbières et Minervois), représentant son président Michel Maïque et maire d'Albas, Jean-Luc Jalabert, maire de Montséret et de nombreux élus du secteur. Près de 200 personnes étaient réunies au foyer communal pour entendre les bilans et projets. 

Le bilan
La réfection des chemins et de la route devant la station d'épuration, la mise en conformité de la rue proche du cimetière desservant quelques maisons ont  été réalisées. Le chemin de Sault a subi un lifting complet grâce au transfert de charges vers la CCRLCM et sans emprunt. Un columbarium de 12 emplacements, autofinancé par leur vente est en cours d'achèvement au cimetière. La 2ème tranche de retrait du plomb est terminée ainsi que la réhabilitation du réseau d'eau potable non conforme. Ces travaux ont été financés sans emprunt, ce qui n'a pas empêché la commune de baisser le prix de l'eau - moins un euro sur le prix du m3 d'eau potable pour les habitations principales et secondaires. Une réserve financière est conservée pour les imprévus et pour la 3ème tranche route de Narbonne. Et dans le cadre de  la loi NOTRE (Nouvelle Organisation Territoriale de la REpublique), la gestion de l'eau devrait devenir intercommunautaire au 1er janvier 2020. 

Quelques mises au point! 
Dans 2ème bulletin municipal, le maire avait informé ses administrés des emprunts de 2009 et 2010 pour la réfection du réseau d'eau et la construction d'un nouveau réservoir, à l'origine de la très forte augmentation du prix de l'eau.« A ce moment, je n'avais aucune responsabilité des finances publiques ou du budget communal! A chacun ou chacune d'assumer ses responsabilités. Aujourd'hui, je parle au nom de mon équipe municipale et moi-même, le dossier EAU est clos!» a précisé le maire. «Je peux comprendre la crainte de certaines ou certains. Je me suis engagé dans cette fonction, dans ce sacerdoce en mars 2014. Jamais conseiller municipal, de poste à responsabilité au sein d'une collectivité territoriale, aucune connaissance des politiques locales, pas d'expérience dans la gestion du personnels. Je vais répondre avec politesse à ces personnes»a-t-il ajouté. Et de rappeler que le déficit de fonctionnement était alors de 210 000€.  Aujourd'hui, malgré le coût de la réforme des rythmes scolaires et la baisse de 12% des dotations de l'état, l'exercice 2015 s'est clôturé avec un excédent de 115 000 € et le déficit en matière d'investissement n'est plus que de 69 899€. «Le résultat d'une politique qui consiste à ajuster les dépenses par rapport aux recettes et non l'inverse! Merci Françoise, notre 1ère adjointe». Un effort salué par le trésorier de Durban.

Deux grands projets
Le premier concerne la construction d'un hangar communal sur le site de l'actuelle base ONF (Office National des Forets).Il servira au stockage aux véhicules des feux de forêts (véhicules jaunes que l'on rencontre partout en saison estivale). La plate-forme de Thézan passera de 16 à 24 ouvriers. Ce projet devrait être opérationnel pour l'été 2016. Sa location permettra des revenus locatifs non négligeables. L'autre projet concerne un engagement pris par le candidat aux municipales en 2014 concernant la construction d'un lotissement. Dans ce sens, le maire a signé un compromis de vente d'un terrain communal de 8 000 m² avec la Sté Hectare. «C'est le principal levier financier qui  pourra doper notre commune vers un avenir plus serein» a ajouté ce dernier.  Patrick Dapot a remercié les adjoints et le conseil municipal, le personnel communal présent bénévolement ce jour, Michel Maïque pour son soutien, les présidents et membres des associations locales et tous ceux qui font la vie économique et administrative du village.    

Après ses vœux, le maire a rappelé les tragiques événements qui ont endeuillé la France. «Soyons forts, soyons unis face à cette barbarie, défendons nos grandes valeurs républicaines et améliorons le bien vivre ensemble» a-t-il déclaré d'entrée. Jean-Claude Montlaur a insisté sur le soutien de la CCRLCM aux 52 villages qui la composent. «Aucune commune n'est écartée. Nous œuvrons pour un mieux vivre sur notre territoire» a conclu ce dernier. 

La soirée s'est terminée autour d'un copieux buffet dînatoire.  

 


 RETOUR AU SOMMAIRE DES ARTICLES

  

 img2.gif

 

  RETOUR AU MENU PRINCIPAL