La fête nationale en petit comité

Une quarantaine de personnes était présente autour du maire Serge Grenet, du conseil municipal et des anciens combattants pour célébrer la fête nationale. Au pied du monument aux morts, le maire et Guy Flamand, président de l'association des anciens combattants ont déposé une gerbe. La sonnerie aux morts et la Marseillaise ont retenti avant que le maire ne prenne la parole. «Cela fait 224 années que les murs de la Bastille sont tombés. Liberté, égalité, fraternité, les valeurs portées par la Révolution française, sont devenues nos valeurs communes» a-t-il rappelé. Car si le 14 juillet a été instauré fête Nationale en 1880, il n'en est pas moins que la prise de la Bastille symbolise la naissance de la République. 

«Célébrer la fête nationale, c'est se souvenir des sacrifices, des drames de notre histoire, pour les transmettre aux plus jeunes; afin que ne s'efface jamais de notre mémoire collective, ces étapes fondamentales qui ont forgé la France d'aujourd'hui» a ajouté le maire dans ses propos.  A  l'issue de la cérémonie, il a invité l'assistance à respecter une minute de silence en hommage aux victimes de la catastrophe ferroviaire de Bretigny sur Orge. 

Porte-drapeaux en tête, le cortège rejoint le monument aux Morts. 

Une quarantaine de personnes présente.


 

 


 RETOUR AU SOMMAIRE DES ARTICLES

  

 img2.gif Merci de voter pour ce site

 

  RETOUR AU MENU PRINCIPAL